Une marche polonaise passée sous silence

Ce week-end a eu lieu en Pologne, plus précisément à Varsovie, la Marsz Dla Życia i Rodziny ( Marche pour la Vie et les Familles). Un événement passé sous silence dans la presse française et internationale. 
 Une marche polonaise passée sous silence
Photo Credit: Family News Service

Cette manifestation aux allures de "Manif' Pour Tous" avait pour slogan "Tato - Bądź Prowadź, Chroń !" ( Papa sois là, guide et protège !). Elle a réuni plus de 5 000 manifestants dans les rues de la capitale polonaise. Plus que la manifestation des néoféministes de Strajk Kobiet ( Grève des femmes) de 2020. 

Et pourtant, personne n'en a parlé. 

Photo Credit: Family News Service

Le slogan évoque la place primordiale du père de famille dans la vie sociale et familiale. Effectivement pas de repère sans père de famille. L'absence d'un père est toujours, une déchirure du cœur et de l'âme.

Les manifestants ont été accueillis, par le Président de la conférence de l'Episcopat de Pologne l'archevêque Stanisław Gądecki, qui leur a apporté la bénédiction des deux nouveaux Saints polonais le Primat Wyszyński et Mère Czacka. 

Cette marche existe depuis 2006, mais, cette année cette marche s'est déroulée dans un contexte particulier. Un contexte de lobbying LGBT exacerbé auprès des institutions européennes. 

Dernièrement le Parlement européen a voté une résolution visant à étendre la reconnaissance du mariage et de l'adoption par les LGBT à tous les états membres de l'Union européenne. 

Comme l'a rappelé Paweł Ozboda, un des organisateurs de la marche : "cela conduit de facto à forcer les États membres de l'UE à adopter des solutions appropriées visant à légaliser les mariages homosexuels". 

Ce qui se heurte à l'article 18 de la constitution de Pologne, qui protège le mariage et la famille comme une institution composée d'un père et d'une mère, d'un homme et d'une femme. 

Les organisateurs ont été reçus pour un entretien avec le président Andrzej Duda, où il leur a réaffirmé sa position en faveur du modèle traditionnel de famille. 

Florian Marek, chroniqueur Tysol.


Actualités