Face au déclin de l’Europe : Que faire ?

Dans mon petit livre « Que faire ? Vivre avec le déclin de l’Europe » (2019), j’ai tenté de fournir un bréviaire pratique à tous ceux qui déplorent, comme moi, la lente disparition de l’identité occidentale. Si nous voulons militer pour sa survie, il ne suffit pas de se borner au domaine politique : il faut défendre nos valeurs et notre manière d’être dans la vie quotidienne. La rubrique présente fournit les idées clés de « Que faire ? » sous forme d’une pensée du jour.
 Face au déclin de l’Europe : Que faire ?

Chronique n°15 : Soyons tolérants, pas suicidaires

Soyons réalistes : il y a, à ce jour, tellement d’étrangers sur le sol européen qu’il est devenu impossible, car matériellement impraticable, de rêver à un renversement de la tendance, sans fantasmer de guerre civile, de génocide ou d’autres solutions criminelles et inconciliables avec nos valeurs. Mais l’acceptation de cet état de fait n’implique nullement l’enthousiasme devant le futur qui nous est préparé. Car, que nous le voulions ou non, il est évident que le prochain demi-siècle sera marqué par un « clash des civilisations » inouï se déroulant sur notre continent, qui ne sera plus jamais entièrement chrétien comme au temps de nos grands-parents. Mais, une fois de plus, reconnaissance de la réalité ne signifie pas pour autant fatalisme, car nous pouvons hâter comme éviter le pire. Ainsi, et avant tout, il faudra lutter pour maintenir autant que possible notre style de vie et l’imposer comme valeur de référence pour les nouveaux citoyens si nous ne voulons pas qu’un jour, nos enfants se sentent comme des étrangers parmi les témoignages de l’histoire de nos ancêtres. Cela ne doit pas nécessairement se faire par la contrainte, mais plutôt l’ouverture et l’intégration positive. Mais il faut très clairement mettre en avant la limite entre une véritable « tolérance » de l’autre et l’abandon de soi-même: il est du devoir le plus basique des nouveaux citoyens de s’adapter au style de vie de leurs hôtes, et non pas l’inverse.

David Engels, essayiste et historien belge, est professeur d'histoire romaine à l'Université libre de Bruxelles et travaille pour l'Instytut Zachodni à Poznań. Retrouvez sa:

Chronique n°1: "Soyons réalistes!" en cliquant ici

Chronique n°2: "Désinvestir l'Etat" en cliquant ici

Chronique n°3: "Désobéir" en cliquant ici

Chronique n°4: "Créer une nouvelle société civile" en cliquant ici

Chronique n°5 : "Quitter les villes" en cliquant ici

Chronique n°6 : "Investir et acheter" en cliquant ici

Chronique n°7 : "Acheter européen" en cliquant ici

Chronique n°8 : "S'affranchir du court-termisme" en cliquant ici

Chronique n°9 : "Faire partie de la nature" en cliquant ici

Chronique n°10 : "S'entourer de beauté" en cliquant ici

Chronique n°11 : "Oui à l'égalité des sexes, non à leur identité" en cliquant ici

Chronique n°12 : "Fonder une famille" en cliquant ici

Chronique n°13 : "Éduquer vos enfants" en cliquant ici

Chronique n°14 : "Faire son devoir" en cliquant ici


Actualités