Comprendre la foi catholique [chronique de l'abbé Mateusz Markiewicz]: Dieu peut tout faire, mais...

La toute-puissance de Dieu est peut-être l’une de ces propriétés divines que nous désirons le plus souvent avoir pour nous-mêmes. C’est d’ailleurs l’un des principaux moteurs de nos progrès scientifiques et techniques qui ont pour finalité de nous permettre de faire encore plus et encore mieux. Souvent, on s’imagine qu’un jour on aura les moyens de réaliser n’importe quel rêve, voire aller dans le passé pour changer l’histoire du monde. Pour nous, la toute-puissance signifie la possibilité de faire tout, sans aucune limite. Or cela est incompatible avec le principe de non-contradiction, qui s’applique même à ce que Dieu peut faire. Ce principe est le suivant : une chose ne peut pas être et ne pas être sous le même rapport au même moment. Donnons-en quelques exemples.
 Comprendre la foi catholique [chronique de l'abbé Mateusz Markiewicz]: Dieu peut tout faire, mais...

Tout d’abord, le mensonge est incompatible avec la nature divine, en raison de son opposition directe à la vérité. Le mensonge est la non-vérité au sens le plus strict. Pour cela, il est impossible de le trouver en Dieu qui est la Vérité même et source de vérité. Dieu ne se contredit pas. Pour cela aussi il ne peut pas être question de créer un cercle carré.

Ensuite, les changements que nous souhaiterions opérer dans le passé, même pour éviter des crimes les plus atroces, sont eux aussi impossibles à faire. En effet, Dieu est omniscient et tous les événements sont dans son intelligence comme présents, sans la succession temporelle que nous expérimentons. Vouloir modifier le passé signifierait faire qu’une action du passé soit et ne soit pas en même temps, par exemple empêcher l’assassinat de Jules César est incompatible avec l’existence de ce crime. Une modification de la science divine sur notre histoire est impossible, car elle introduirait un changement d’être en Dieu qui ne peut pas avoir lieu, car Il est l’être parfait. En même temps, une telle modification entrainerait une contradiction en Dieu, car Jules César serait en même temps mort et vivant le 15 mars 44 av. J.-Ch. Le passé ne peut donc pas être changé par Dieu (et encore moins par nous).

Enfin, il nous reste un cas très spécifique, celui d’intervention directe de Dieu pour éviter un mal. C’est d’ailleurs l’une des questions posées le plus souvent, avec une certaine note de mécontentement, voir de manque de foi : « Où est Dieu ? » Tout en voulant que Dieu arrête les guerres, les pandémies, les cataclysmes, on oublie que Dieu n’a pas créé une machine qu’il dirige directement sans cesse, une sorte de jeu, où toutes les manettes sont entre ses mains. Le vrai jeu est la question de la liberté de l’homme, que Dieu respecte. Pour cela, Il nous laisse pécher (sinon, essayons d’imaginer que Dieu nous transporte tous les dimanches à la Messe et nous y retiens de force pendant toute la célébration, ou qu’il nous empêche de parler quand nous voulons mentir) et donc d’introduire le mal dans le monde. Le désordre dans la nature était lui aussi causé par le péché de l’homme, d’où l’acceptation divine de ce fait et son manque d’intervention incessante pour réparer ce que nous avons cassé. Dieu pourrait le faire, mais ne le fait pas maintenant, car Il se le réserve à la fin des temps. Mais de cela, on parlera plus tard.

 

Retrouvez la chronique n°1: "Je crois" en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°2: "Le Symbole des Apôtres" en cliquant ici

Retrouver la chronique n°3: "Un seul Dieu"en cliquant ici

Retrouvez la chronique n°4: "Unicité et perfection de Dieu en cliquant ici

Chroniques de l'abbé Mateusz Markiewicz, prêtre catholique, membre de l'Institut du Bon Pasteur.

 

 

 

 


Actualités