Un homme fait irruption dans la Basilique Notre-Dame de Nice en plein office : aucune réaction politique.

Cinq mois après le meurtre barbare de trois chrétiens par un islamiste dans la Basilique Notre-Dame de Nice, un homme a fait interruption Samedi 20 mars au cours de la messe de 11H dans cette même Basilique pour dire son soutien au terroriste.
 Un homme fait irruption dans la Basilique Notre-Dame de Nice en plein office : aucune réaction politique.

L’individu aurait lancé en plein office : «  je soutiens mes cousins musulmans ».

Appelée en urgence par le sacristain, la Police a interpellé l’individu. Celui-ci a été placé en garde à vue pour apologie du terrorisme, rapporte Nice Matin à la rubrique « faits divers ».

Etonnamment, cette information n’a pas filtré dans les médias nationaux et cet incident dont la portée aurait pu être dramatique, n’a suscité aucune réaction politique. Et s’il avait été armé ?

Pour information, cette basilique ne fait l’objet d’aucune protection depuis l’attentat du 29 octobre dernier. L’entrée est laissée au tout-venant.

Au lendemain de cet incident, ce dimanche 21 mars, la Basilique était totalement dépourvue de protection pour la messe de 9h.

Imaginons le déchainement, justifié, de l’opinion publique, si un homme était entré dans le Collège de Conflans où exerçait Monsieur Paty, pour affirmer son soutien à l’assassin.

Ceci nous met face à un constat accablant : Notre-Dame de Nice semble faire l’objet d’une nouvelle conception de la laïcité. Les chrétiens, parce que chrétiens, auraient moins de valeur que les autres citoyens, et on pourrait se vanter de les assassiner dans leur lieu de culte, sans susciter la moindre indignation politique.

Preuve que les chrétiens n’ont le droit que d’une chose : se laisser égorger en silence.

Sabine Faivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Actualités